Résultats de votre recherche

Découvrez vite cette commune située dans l’agglomération de La Rochelle Sud. Car ici, vous aurez envie de faire partie du décor. Angoulins-sur-Mer est un bourg où il fait bon vivre. Ni un village ni une ville, ses habitants sont aujourd’hui au nombre de 3900. Ils y vivent, y travaillent, entre terre et mer. Les Angoulinois et Angoulinoises profitent d’un climat doux et d’une lumière particulière. Est-ce ce qui les régénère et les rend si dynamiques ?

 

Découvrir

Il se passe toujours quelque chose à Angoulins et on vous en parle ici ! Spectacles, événements, causes communes, travaux, vous êtes au courant de tout ! Feuilletez le magazine municipal en cours - ou abonnez-vous pour le recevoir par mail à chaque sortie, c’est évidemment gratuit ! - cherchez une manifestation à venir, tenez-vous informé(e) de la vie qui agite la ville, les projets, les enjeux, les succès...

 

En ce moment

L'équipe municipale met en place des actions avec la volonté d’entretenir un dialogue approfondi entre tous ses concitoyens et en relation étroite avec l’ensemble des personnels communaux. Les services municipaux et leurs agents sont à votre disposition pour vous renseigner mais vous pouvez consulter en ligne les formalités administratives et toutes les publications municipales.

La Mairie

Il y a tant à vivre et à partager dans notre petite ville ! C’est qu’on y est actif, de 0 à 100 ans… Et bien équipé pour s’y sentir bien à tout âge et cycle de vie. Petite enfance, école, sport, logement, travail, loisirs et vie citoyenne, tous les aspects du quotidien sont abordés dans cette rubrique. Nous mettons à votre disposition les informations dont vous avez besoin, un mode d’emploi d’Angoulins-sur-mer ! Naviguez en ligne pour vous sentir comme un poisson dans l’eau en ville !

 

Vivre ma commune

La pointe du chay

Falaise calcaire

Du haut de cette falaise 150 millions d'années vous contemplent !!!

Je suis la pointe du Chay, mon histoire est longue cependant je suis très fragile tant sur ma crête qu'à mes pieds où des éboulements dangereux peuvent se déclencher à tous moments ; alors prudence.

Il y a 200 millions d'années, l'océan atlantique naissait lentement. J'étais alors une plaine sous marine sur laquelle s'accumulaient des sédiments. Selon le climat plutôt équatorial parfois tempéré chaud, ma profondeur variait alors de quelques décimètres à une dizaine de mètres. Cela conditionnait le type de sédiments et donc le mode d'écosystème s'y développant. Ah, j'oubliais parfois je voyais la lumière à d'autres périodes l'eau était plus ou moins trouble. J'ai vu se succéder :

  • des massifs coralliens avec des oursins,
  • des rochers où se développent des bivalves tels que huitres, moules,
  • des vases, strates calcaires et marno-calcaires,
  • des gastéropodes, des bivalves trichites, brachiopodes et rhynchonelles,
  • des crinoïdes.

J'ai eu la visite des requins, de nautiles et d'amonites.

J'ai subi des plissements, des failles.

Grace aux mouvements tectoniques des plaques terrestres et au fur et à mesure que l'océan atlantique prenait toute sa place, les terres à l'ouest d'Angoulins prirent leur position actuelle – 155,7 et 150,8 millions d'années (Jurassique). Ce n'est qu'au début du Crétacé – 140 millions d'annnées que j'émerge à 9 mètres avec la Barbette et la Belette. Des paysages se façonnent lentement modelés par l'érosion et les dépots de tertiaire et du quaternaire.

Il y a – 7000 années je me rappelle la pointe du Chay se sépara de celle des Chirats. Puis je vis arriver entre ces deux pointes du sable constitutif de la Platère. Des sédiments s'accumulent à l'arrière pour former les marais de Chay. Très récemment des activités humaines se sont succédées, marais salants  puis marais ostréicoles. Ainsi que de l'agriculture et de l' élevage sur les parties hautes.

Des savants se sont penchés sur moi. Alcide d'Orbigny accompagné par son père au début décrit sur ce site l'étage corallien (kimméridgien – inférieur – terminal). Je deviens la stratotype référence, au début de 19ème siècle. Au muséum d'histoire naturelle de Paris où une salle est réservée à ces travaux de géologie et de botanique vous pouvez observer certains de mes fossiles. De même au Muséum d'histoire naturelle de La Rochelle, une salle présente mes fossiles ainsi que ces carnets et schémas d'observations.

Régulièrement des professeurs, des étudiants, lycéens et collégiens viennent me découvrir, suivre mon évolution géologique et mon érosion.

Des géologues amateurs me sollicitent régulièrement.

MAIS ATTENTION, JE SUIS INSTABLE.

J'ai encore beaucoup d'histoires à vous raconter sur la flore et la faune, les fortifications, l'eau et le lagunage.

 

Végétation

Au fur et à mesure que j'émergeais la végétation s'installait. La présence de l'homme aussi est attestée par la présence de silex datant du néolithique – 6.000 ans – 2000 ans.

Les activités agricoles ralentissent, la vigne implantée disparait dès la période du phylloxéra vers 1.900 puis l'élevage et les cultures de céréales en 2.003 s'arrêtent, seules subsistent des prairies.

Des annales de 1879 à 1892 relatent 8 excursions botaniques à l'ouest de la voie ferrée. Le train de 6h16 venant de La Rochelle s'arrêtait à Angoulins en amenant des membres de la société des Sciences Naturelles de la Charente Maritime (alors Charente Infèrieure). Ces annales répertorient et localisent 108 espèces végétales. En 2007 la Communauté d'Agglomération de La Rochelle, par photographies aériennes caractérise les habitats naturels selon le référentiel européen  CORINE land-cover. De plus des inventaires de terrain sont effectués et synthétisés par de la Hondière et Chézeau 1985, Terrisse (LPO 1985/2006), le Conservatoire Botanique du Centre Ouest et Clément Rateau en 2010.

La comparaison de ces données fournit des renseignements sur l'évolution et la conservation de la flore sur une période de 130 ans. Les données botaniques indiquent que ce site a une très forte valeur patrimoniale. En effet, quinze espèces bénéficient d'un statut de protection dont quatre d'un statut de protection nationale :

  • Asperge maritime,
  • Astragale de Montpellier,
  • Pâquerette à aigrettes,
  • Vipérine très rude,
  • Euphorbe dentée,
  • Fétuque de Lahondère,
  • Inule à feuilles de spirée,
  • Iris maritime,
  • Lin droit,
  • Grémil des Pouilles,
  • corsonère Hirsute,
  • Hépiaire d'Héraclée,
  • Trigonellle armée d'épées,
  • Véronique d'Autriche,
  • Vulpie ciliée.


Toutes les espèces protégées recensées au 19ème siècle sont encore présentes. Certaines espèces sont de caractère méditerranéen : Grémil des Pouilles, Astragale de Montpellier. D'autres sont protégées dans des départements voisins comme la Catananche bleue, la Guimauve hirsurte, du Bupleurum tennuissimum, de l'Ail rose et le l'Inule des Montagnes.

Les espèces les plus rares poussent au bord de la falaise, elles sont donc menacées par l'éboulement et le piétinement.

Apprenez à découvrir ces végétaux, observez les, photographiez les à votre gré mais surtout ne les cueillez pas !

 

Carrelet pédagogique :

Un carrelet pédagogique a été construit par la Communauté d'agglomération rochelaise en 2006 pour perpétuer le patrimoine maritime spécifique du littoral rochelais et initier le public à ce mode de pêche traditionnel.

Il est accessible à tous publics, des classes découvertes assistent à des cours de pêche en direct. Sa gestion a été confiée au centre nautique local le CNA. Sa fréquentation a quadruplé en 2 ans; plus de 2 500 personnes ont goûté aux plaisirs de la pêche.

Formalités de réservation sur le site du CNA

 

La Plage de La Platère

La plage de la Platère est un lieu de détente et de baignade.

Plage surveillée du 1er Juillet au 31 Août, ci-dessous le classement de ses eaux de baignade.

Elle dispose en outre de sanitaires et points d’eau.

On y trouve le très actif Club Nautique d’Angoulins, réservoir de champions locaux, qui propose des activités nautiques variées (planche à voile, dériveurs… A préciser) à l’année et en saison estivale.

Contrôle sanitaire des eaux de baignade saison estivale 2017

Pêche à pied de Loisir

La Pointe du Chay est reconnue comme l’un des sites les plus fréquentés du Pertuis charentais par la Pêcheurs à pied de loisir.

De manière à préserver ses ressources, elle est intégrée au programme LIFE+ : « Expérimentation pour une gestion durable et concertée de la pêche à pied de loisir », piloté par l’Agence des Aires Marines Protégées (AAMP).

Ce programme comprend en outre la mise en œuvre d’actions communes de sensibilisation en vue de changer les comportements des pêcheurs

Pour préserver ce site, veuillez respecter la réglementation qui précise les tailles, les quotas et périodes de pêche.

Réglementation